Bonjour/Bonsoir les gens,

Aujourd’hui, je vous écris car c’est la fin de ma quatrième année d’enseignement et encore une année scolaire qui est passée très rapidement. D’ailleurs, je me souviens du premier jour où j’ai fait la connaissance de mes classes. Ils me semblaient si adorables ces petits monstres… Et j’avoue que certains sont vraiment des perles. Et pour peu… (cliquez pour agrandir)

Cute students

Voici également un petit message que j’ai reçu de la part d’une élève que j’ai dans ma classe depuis 2 ans et qui était sur le point d’abandonner l’école. Je vous préviens, j’en ai pleuré !

Je vais devoir mettre les bouchées doubles pour y arriver ! Dans tous les cas, merci pour tout pour votre aide que vous m'avez apportée depuis l'année passée. Vous êtes l'une des rares profs qui tente de rebooster les élèves, même les cas les plus désespérés (je parle de moi)… Donc mes remerciements que vous les preniez ou pas c'est le même, mais n'oubliez pas qu'au bout de 2 ans de calvaires, il n'y a que vos paroles qui me donnent envie de me battre. Enfin voilà juste merci.

Je ne voulais pas quitter cette école uniquement pour les éducateurs et les profs et même si ça a été dur et que mes points ont dégringolé… juste pour ces mini conversations que j'ai pu avoir avec vous, ça en valait la peine. Au pire si je double, je double, mais cette force que vous avez tenté de me donner consciemment ou non vaut, pour moi, tout l'or du monde. Donc pour moi, ce ne sera pas une année de perdue mais une force retrouvée.

 

Mais aujourd’hui, je veux aussi vous parler de ces déceptions, celles qui font mal et qui font qu’on imagine être le pire des profs de la planète.

Laissez-moi vous expliquer !

En 3ème année, je donne cours d’anglais à une cinquantaine d’élèves, 49 pour être précise. Et sur ces 49 garnements, 20 étaient en échec dans ma branche. C’est pourquoi, je n’ai pas pu m’empêcher de me remettre en question. Je refuse de pratiquer le dénivellement par le bas. Je veux d’eux qu’ils soient les plus compétents possibles et qu’ils sachent réellement s’exprimer tant à l’oral qu’à l’écrit dans la langue de Shakespeare. Je refuse également d’envoyer des « canards boiteux » dans l’année supérieure car je ne veux pas en faire de la chair à canon pour le professeur qui me succèdera.

La déception est vraiment tombée lors des conseils de classe où 17 des 20 élèves ayant échoué en anglais redoublaient d’office. Et là, je me dis : « mince quoi ?! Comment ai-je être passée à côté de ma mission pour 17 individus ? »

J’ai vraiment le sentiment de ne rien avoir pu faire pour eux. Ils ont 15-16 ans et sont déjà dégoûtés de l’école. Ils ont tout à portée de mains pour optimiser leur apprentissage et ils préfèrent mettre en péril leur avenir plutôt que d’en profiter.

J’en viens à me demander si l’enseignement, tel qu’il est dispensé actuellement, peut encore être efficace pour les jeunes actuels. Sont-ils plus fainéants ? Sont-ils plus vite lassés ? Sont-ils plus facilement découragés ? S’en foutent-ils royalement de savoir ce qu’il adviendra d’eux dans un futur proche ? Ce sont toutes ces questions qui, à la veille des vacances logiquement bien méritées, hantent mes journées et mes nuits.

Il y a 4 ans, je prêtais le serment de Socrate qui est le suivant : "Je m’engage à mettre toutes mes forces et toute ma compétence au service de l’éducation de chacun des élèves qui me seront confiés." Et aujourd’hui, j’ai l’impression d’être loin du compte, d’avoir abandonné la mission qui m’avait été attribuée. J’ai le sentiment d’avoir fait comme beaucoup de mes collègues et de m’être exclusivement consacrée à ceux qui le méritaient en laissant de côté ceux qui se mettaient en marge de la société.

J’ai envie d’hurler, de les secouer, de leur dire que la vie est plus qu’incertaine et qu’à l’heure actuelle, il faut se battre pour pouvoir survivre dans cette société de consommation et d’individualisme poussés à l’extrême.

J’aimerais tellement pouvoir faire abstraction de toutes ces déceptions. Certains de mes collègues y arrivent sans peine en se disant que ces élèves-là n’ont mérité que ce qu’ils ont semé. Mais moi… je n’y parviens pas ! Je me suis alors plongée dans mes propres bulletins scolaires. Et j’ai constaté que même s’il m’est arrivé de décrocher dans certaines matières et d’être relativement moyenne dans toutes les autres, j’avais envie de me battre pour mon indépendance.

Serai-je déjà devenue trop vieille pour comprendre et toucher les enfants/adolescents qui me sont confiés ?

Une chose est sûre… Ces vacances-ci, après avoir pris un peu de repos, je consacrerai mon temps à retravailler mes cours afin de pouvoir élargir leur impact sur l’avenir de ces petits crapauds. J’ai des milliers de projets dans la tête et je ne me laisserai pas abattre.

Je peux néanmoins être fière d’avoir été présente pour certains élèves anciens ou actuels. Et les petits mots qu’ils me transmettent me font un bien fou.

Quoi qu'il en soit... je vais d'abord profiter de mes premières semaines de vacances pour me ressourcer. Ensuite, je rangerai et je trierai mes cours. Et puis, finalement, je retravaillerai mes leçons afin de les rendre plus attractives!

Me revoilà plus motivée que jamais avec pleins d'idées de cours et d'articles pour vous aussi. 

Je vous fais de gros bisous!

XOXO